A propos

C’est quand même curieux : On n’aura pas de mal à dire ce qu’on pense du dernier M-Pokora pendant des plombes – qu’on en pense du mal ou du bien d’ailleurs – alors qu’on n’a souvent rien à dire lorsqu’on entend les premières notes d’une sérénade de Mozart. La pluspart du temps d’ailleurs, on n’a même pas reconnu Mozart.

Un ami à moi m’a dit un jour « Si Mozart était né dans les années 60, il aurait écrit de la pop ». Sans faire trop de raccourcis, je pense qu’il voulait mettre le doigt sur la fraicheur et la jeunesse de cette musique. Du coup, je me demande bien moi pourquoi les jeunes d’aujourd’hui la remarque de grand-mère n’écoutent pas/plus Mozart (bon j’insiste sur Mozart là, mais j’aurais pu prendre un autre exemple hein).

Il y a des jours où je me demande aussi si ce ne sont pas tous les codes associés à la musique classique qui la desservent et la ringardisent. Dans une société zapping ou l’économie est bancale, on nous propose souvent des spectacles de 4 heures au prix d’un bras droit.

Franchement… se taper 4 heures de concert, même les fans de Dream Theater en ont marre après 3h30… et pourtant ils connaissent les chansons par cœur. En général, en concert « classique » la seule personne à connaitre la musique par cœur, c’est le chef (et encore…).

En plus de tout ça, les concerts sont blindés de codes et les programmes sont souvent écrits dans un français dont nous n’avons plus l’usage. Ajoutez à ça que le public (pas vous ! les autres gens du public) a l’air hyper guindé, ça ne nous met pas dans les meilleures conditions d’écoute.

Après 24 ans de musique (de manière plus ou moins décousue selon les époques), je suis aujourd’hui forcée de constater que malgré une reprise assidue il y a 2 ans (en amateur), j’hoche la tête machinalement en lisant le programme à Pleyel sans avoir tout compris, je concentre mes conversations musicales sur les pièces que j’ai jouées (et donc que je connais) et j’acquiesce en faisant des courbettes lorsque j’ai en face de moi un initié de crainte de dire une énormité. Je vous passe ma propre désolation face à mon niveau actuel, mais ça c’est autre chose. Je ne suis pas certaine qu’il soit nécessaire de savoir parler de musique pour pouvoir l’aimer.

C’est donc avec toute ma naïveté et mon ignorance que j’ai décidé d’ouvrir ma page d’expression ici. En fait je suis comme vous… pas comme vous qui sortez des grandes classes de conservatoire, mais comme vous qui avez juste envie d’écouter sans vous sentir écrasés par les institutions, ni perdre un bras en allant à un concert.

L’Objectif est simple donc … tout simple. Ici, on a le droit de tousser et d’applaudir quand ça nous chante. On a le droit de ne pas aimer, on a le droit d’aimer aussi. Ici, on partage des bons plans et surtout ici, on parle de musique avec des mots qu’on comprend. Bref on vulgarise sans être (trop) vulgaire.

Je dis « nous », je dis « on », je dis ça parce que j’ai bien l’intention de ne pas écrire seule. « Toi + moi + tous ceux qui le veulent » feront le contenu de cet endroit.

Pour plus d’infos sur les rédacteurs réguliers c’est par ici.

Pour nous contacter c’est par .

2 thoughts on “A propos

  1. Si tu fais de la musqiue classique ce que ta soeur fait des musées parisiens, je suis plus que partante et j’attends la suite avec impatience ;-)

    Et bienvenue dans la blogosphère!

  2. Merci ! J’espère arriver à la hauteur de ses articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>