Le Balcon par le Balcon

C’est rigolo comme titre d’article non ? Bon, je commence par où ? Parce que 3 jours après la répétition générale du Balcon, opéra en dix tableaux de Peter Eötvös d’après l’œuvre de Jean Genet, je suis encore toute troublée.

J’ai fait tourner ça dans ma tête un peu, beaucoup… et ce n’est toujours pas bien clair pour mon cerveau d’ignorante.

Je te fais le topo. Dimanche je me suis installée dans une jolie loge au théâtre de l’Athénée pour découvrir la nouvelle « production » du Balcon dont je t’ai déjà parlé ici ou encore ici.

lebalcon

Et me voilà dans un bon bordel, une maison d’illusions, en compagnie de Madame Irma en maître(sse) de cérémonie, devant un orchestre à moitié cagoulé. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi un ecclésiastique qui lèche les chaussures d’une écolière, des danseurs en latex et talons (hommes et femmes), une chienne (jouée par une jeune femme à quatre pattes complètement flippante), des morceaux de gens au plafond, un fouet… et putain merde j’ai pas le livret dans les mains, je cale que dalle mais je suis morte de rire, secouée, dérangée…  je crois que j’aime bien ça. Ce que j’aime, c’est que je ressens des émotions, je suis vivante, c’est cool.

Je respire un grand coup pour oxygéner ma matière grise, c’est comme si tous les personnages étaient faux, comme si la vérité n’était plus celle que je croyais. Je suis dans le trouble.

lebalcon2

Je sors du théâtre. Je n’ai pas réussi à dormir. Je réalise alors que si j’étais pommée c’était bien normal. Eurêka ! Ça parlait des apparences ! Alors si tout le monde fait semblant, c’est bien normal que mon cerveau de bisounours ait été tout perdu !

Et puis… j’ai enfin découvert le Balcon en vrai ! Un ensemble provoquant avec une mise en scène frappante, des lumières magnifiant la musique et le livret, des visuels comme des tableaux, bref un groupe de grands timbrés (avec surement une sexualité déviante).

Je me demande quand même encore deux choses :
– Est-ce que la troupe de danseurs en latex portaient tous des Louboutins ou s’agissait-il d’autocollant ?
Maxime PascaL a-t-il de très grandes mains où s’agissait-il là encore d’une mise en scène ?

Si tu veux découvrir cet opéra qui va retourner ton cerveau, c’est jusqu’au 24 mai au théâtre de l’Athénée.

D’autres articles sur le balcon…
Ariadne auf Naxos
The Rape of Lucretia